Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate: évite la voie transrectale et réduit le risque infectieux. Ciblage basé sur la fusion avec l'IRM permettant de réaliser les biopsies directement dans les zones suspectes.

Voie trans-périnéale, évitant la ponction trans-rectale

Risque de prostatite post-biopsie quasi-nul (<0.5%)

Fusion avec l'IRM permettant de cibler directement les lésions suspectes à l'IRM

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate: Elévation du PSA, IRM et lésion cible

Si elle ne doit pas être négligée, une élévation du PSA n’est pas forcément associée à un cancer de la prostate. La démarche habituelle, suite à la découverte puis confirmation à 1 mois d’une élévation du PSA consiste en la prescription d’une IRM. L’IRM permet notamment de détecter des lésions potentiellement suspectes, classées selon la classification radiologique Pirads et communément appelées « lésions cibles ».

En cas de découverte de lésions cibles à l’IRM, il existe une indication à réaliser des biopsies ciblées, c’est-à-dire un prélèvement de tissu prostatique dans la zone suspecte décrite sur l’IRM.

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate, exemple de lésion cible à l'IRM

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate, pourquoi réaliser une fusion avec l’IRM?

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate: système de fusion IRM/échographie

La fusion entre l’image IRM et d’échographie permet de cibler avec précision les lésions cibles décrites par le radiologue sur l’IRM (crédit image société Koelis®)

Après découverte de lésions suspectes sur l’IRM, il existe une indication à réaliser des biopsies dans la zone suspecte nommée « lésion cible ».

Ces lésions cibles étant la plupart du temps invisibles à l’échographie, elles sont très difficiles à cibler lors d’une biopsie standard sous échographie. A l’inverse, l’utilisation de la fusion échographie/IRM offre un net avantage par le fait que l’opérateur visualise à la fois l’aiguille de biopsie et la cible IRM, ce qui permet de s’assurer que le prélèvement qui sera analysé a bien été réalisé dans la zone cible.

Pourquoi est-ce important de biopsier les lésions cibles?

L’évaluation du degré d’agressivité (score de Gleason) d’un cancer de la prostate est un élément décisif dans la stratégie thérapeutique. En effet, lorsqu’une tumeur est peu agressive, une simple surveillance pourra être discutée, alors qu’au contraire les tumeurs les plus agressives devront bénéficier d’un traitement radical (chirurgie, radiochirurgie ou les deux).

Comme ce sont les biopsies qui permettent de définir le degré d’agressivité d’une tumeur, il est impératif que celles-ci soient les plus fiables possibles. Toutes les études ont montré que les biopsies ciblées étaient plus précises pour déterminer le degré d’agressivité que des biopsies réalisées à l’aveugle. En effet, l’IRM permet d’orienter la biopsie vers la zone qui est souvent la plus agressive et évitent ainsi un sous-diagnostic qui pourrait avoir des conséquences thérapeutiques néfastes. Réaliser des biopsies ciblées permet donc une évaluation plus fiable de la tumeur, et donc une meilleure orientation thérapeutique.

Quels sont les avantages de la voie transpérinéale pour une biopsie ciblée de la prostate ?

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate: installation du patient

Le patient est installé en position gynécologique. La sonde d’échographie est insérée dans le rectum, alors que les aiguilles de biopsie sont directement insérées à travers la peau du périnée (image société Koelis®)

Historiquement, les biopsies de la prostate étaient réalisées par voie trans-rectale, c’est à dire au travers du rectum. Cette voie d’accès présente un inconvénient, qui est le potentiel passage de bactéries depuis le rectum jusqu’à la prostate, pouvant entraîner une infection, communément appelée prostatite. Cette infection n’est pas très fréquente (de l’ordre de 3 à 5%) mais peut être potentiellement très grave.

Depuis quelques années, une alternative à la voie trans-rectale s’est développée, il s’agit de la voie trans-périnéale. Dans ce cas, l’aiguille n’est plus mise en place par voie trans-rectale, mais par voie trans-périnéale, c’est à dire la zone de peau située entre le scrotum et l’anus. Cet abord évite la dissémination de potentielle bactéries du tube digestif vers la prostate, diminuant ainsi fortement le risque de prostatite. Avec la voie trans-périnéale, les différentes études retrouvent un risque d’infection n’excédant pas 0,6%.

La voie trans-périnéale permet également d’éviter certains désagréments post-biopsie, comme les saignements par le rectum. Le vécu du patient est également meilleur avec une voie trans-périnéale.

Besoin de faire le point sur votre situation personnelle?

Contactez nous pour rencontrer un praticien en consultation

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate, comment se déroule l’intervention?

L’intervention se déroule sous anesthésie locale, dans une salle de consultation standard. Il n’est pas nécessaire d’avoir recours à une anesthésie générale.

Le patient est installé en position dite « gynécologique ». Une sonde d’échographie est insérée dans le rectum pour permettre le repérage échographique. Le radiologue effectue ensuite une anesthésie locale, de la peau jusqu’à la capsule prostatique. Il insert ensuite son aiguille de biopsie. A l’aide de la fusion avec l’IRM, il réalise ensuite 4 prélévements au sein de chacune des lésions cibles, complétés par une série de biopsies dites standards dans les différentes zones anatomiques de la prostate (12 prélévements).

A la fin de l’intervention, les aiguilles sont retirées et le patient peut regagner son domicile une quinzaine de minutes plus tard. Il n’y a pas de surveillance particulière.

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate: cartographie des biopsies réalisées

Généralement, des biopsies sont réalisées dans la region cible, suivi d’une série de biopsies dites standard ciblant les différentes zones de la prostate (crédit image Koelis®)

Biopsie transpérinéale ciblée de la prostate, comment bien se préparer pour l’intervention?

Avant l’intervention, il vous faudra bien préciser au radiologue si vous prenez des traitements anticoagulants, ou autre traitements fluidifiant le sang.

Le jour de l’intervention, il vous faudra prendre un antibiotique 2 heures avant le geste.

Le CD de l’IRM est impératif, afin que celle-ci puisse être fusionnée directement avec l’échographie.

QUESTIONS FREQUENTES SUR LA BIOPSIE transpérinéale ciblée dE LA PROSTATE

Faut il réaliser des examens avant la réalisation d'une biopsie transpérinéale de prostate?

/p>

Faut il réaliser des examens avant la réalisation d’une biopsie transpérinéale de prostate?

Oui. Comme les biopsies sont réalisées en fusionnant l’échographie avec l’IRM, il est nécessaire d’avoir réaliser une IRM avant les biopsies. Une analyse d’urine est également nécessaire avant la réalisation de biopsies.

Existe-t-il des contre-indications à la réalisation d'une biopsie trans-périnéale?

/p>

Existe-t-il des contre-indications à la réalisation d’une biopsie transpérinéale?

Il n’existe pas de contre-indication formelle à la pose de fiduciaire.

Néanmoins, en cas de chimiothérapie récente, de prise de traitement anticoagulant, ou de trouble de la coagulation, certaines précautions ou adaptions seront nécessaires. Ces situations sont à signaler au radiologue en consultation.

Quelle anesthésie pour une biopsie transpérinéale de la prostate?

/p>

Quelle anesthésie pour une biopsie transpérinéale de la prostate?

La biopsie transpérinéale est habituellement réalisée sous anesthésie locale, avec très peu de douleurs ou de désagréments. La plupart des patients interrogés à posteriori déclarent que le vécu de la procédure est bien meilleur que ce à quoi ils s’attendaient.

Cependant, à la demande du patient, ou dans certaines situations spécifiques, la biopsie peut être réalisée sous anesthésie générale.

Y a-t-il des douleurs pendant une biopsie transpérinéale de la prostate?

/p>

Y a-t-il des douleurs pendant une biopsie transpérinéale de la prostate? Est ce que la biopsie fait mal?

La biopsie est réalisée sous anesthésie locale. L’examen est généralement très bien toléré. Différentes études ont été réalisées, qui montrent une douleureux maximale à 3/10 pendant des biopsies transpérinéales.

Quelles sont les effets indésirables possibles d'une biopsie transpérinéale de prostate?

/p>

Quelles sont les désagréments et effets indésirables possibles d’une biopsie transpérinéale de prostate?

Les effets indésirables sont rares, et surviennent dans moins de 3% des cas, avec essentiellement un risque d’infection ou de rétention urinaire (blocage des urines). La plupart des complications sont prises en charge avec une surveillance simple, une sonde urinaire, ou un traitement antibiotique.

En cas de survenue de signes cliniques anormaux dans les suites de l’intervention, notamment de la fièvre, des signes urinaires (brûlures, difficultés à vider la vessie) il vous faut contactez votre radiologue rapidement ou vous rendre aux urgences.

En cas de suspicion d’infection, ne prenez pas d’antibiotiques avant d’avoir vu un médecin.

Y'a-t-il des précautions à prendre après une biopsie transpérinéale de prostate?

/p>

Y’a-t-il des précautions à prendre après une biopsie transpérinéale de prostate?

Dans les suites de l’intervention, les efforts violents sont à éviter pendant 48 heures, de même que la pratique d’une activité physique.

Les rapports sexuels peuvent être repris après 5 jours.

Que faire en cas de problème dans les suites de l'intervention?

/p>

Que faire en cas de problème dans les suites de l’intervention?

l’Institut Français de Radiologie Interventionnelle dispose d’une astreinte avec un radiologue interventionnel joignable 7/7 jours,  24/24 heures 

Quel est le suivi après une biopsie transpérinéale de prostate?

/p>

Quel est le suivi après une biopsie transpérinéale de prostate?

Les résultats de la biopsie vous seront transmis en consultation par votre radiologue ou le médecin prescripteur. Il existe souvent un délai de 5 à 7 jours entre la biopsie et les résultats.

Contact

Localisation

Derniers articles